Le Camarguais


La pierre concassée dans la Calanque de Port-Miou était acheminée par voie maritime à l’aide du chaland « le Camarguais » vers l’usine
Solvay des Salins de Giraud, à raison de 3 rotations par semaine.

Construit en 1923 aux chantiers de Normandie Gaillard et Dunette de Grand Quevilly, il a transporté sa cargaison de calcaire mais aussi de soude (lors de ses voyages retour en livrant les fabriques de savon de Marseille) en étant remorqué par l’« AVYLOS », de 1924 à 1960.

En effet, lors de chaque retour des Salins de Giraud, les ballasts latéraux étaient utilisés pour transporter vers les nombreuses savonneries de Marseille jusqu’à 800 tonnes de soude caustique liquide à chaque rotation.
D’une capacité de 600 m3 de chargement, d’une longueur de 46,44m, d’un poids en charge de 1015 tonnes, le Camarguais fut motorisé en 1960.

Quai de déchargement de l’usine Solvay

Fiche technique le Camarguais

Date de construction : 1923

Mise en service : 1924, remorqué depuis Grand Quevilly jusqu’aux Salins de Giraud en passant par Gibraltar

Longueur : 46,44 m

Largeur : 10,47 m

Jauge brute : 662,37 tonneaux (1 tonneau = 3,830 m3)

Jauge nette : 520,66 tonneaux

Déplacement léger : 537 tonnes

Port en lourd : 1015 tonnes (charge maximale)

Tirant d’eau en charge : 4,00 m

Ballasts latéraux : 8 pour un volume de 600 m 3 (chargé d’eau pour équilibrer la charge ou de soude pour le voyage retour des Salins de Giraud jusqu’aux savonneries de Marseille)

Remorqueur associé : l’Avylos

Vitesse moyenne en charge : 7 nœuds

Motorisation après 1960 : deux moteurs Baudouin de 300 cv chacun entrainant 2 hélices pour une vitesse de croisière de 8 nœuds

Barre hydro-électrique pour la manœuvre du gouvernail

Equipage :

 – un capitaine

Р1 chef m̩canicien

– 1 graisseur

– 3 matelots

Le Camarguais fut désarmé en 1982